Mon top de 2014

Deux mille quinze est à nos portes — j’en profite pour faire un genre de rétrospective parmi les moins exhaustives, non pas sous la forme de rétrospective, mais plutôt de liste. Donc pas de rétrospective. Une liste. J’aime ça, les listes. Sans plus attendre:

La meilleure nouvelle de 2014: je serai papa au début 2015. Nom de code: #princesse.

La série télé la plus captivante de 2014: Sherlock. Les épisodes sont un tantinet plus long (1h30) que ma capacité de concentration sans gosser sur mon téléphone, mais c’est bin bin bon.

La lecture qui m’a le plus intéressé en 2014: Attention: papa droit devant! de Patrick Denoncourt. Parce que c’est le seul que j’ai trouvé qui s’adresse aux pères, avec leurs préoccupations de pères — les miennes, en tout cas: quelle poussette acheter, comment ça marche un accouchementcombien de couches par jour ou encore quoi faire quand ça pleure. Un genre de guide pratique sans trop de flaflas ni d’émotion… ce que je reproche tant à tous les autres ouvrages du rayon.

La lecture que j’aurais le plus voulu terminer en 2014: HBR’s 10 Must Reads on Managing Yourself. Partie remise. Pour l’instant, mon article préféré est Overloaded Circuits: Why Smart People Underperform. Parce que c’est vrai que le rythme de nos affaires peut nous mener à moins performer.

Le podcast qui m’a le plus accroché en 2014: Serial. Pour les amateurs des vendredis à Canal D et d’Investigation Discovery. Baltimore, 1999, Hae, une étudiante de 17 ans, est retrouvée morte. Adnan, son ex, est inculpé, mais clame son innocence. Tout est un peu flou, pas clean clean. Récit d’une enquête journalistique en 12 épisodes, 15 ans plus tard.

L’album de Noël que j’ai préféré en 2014: The Nutcracker. Un classique.

Le jeu que j’ai préféré en 2014: 2048. L’essayer, c’est l’adopter.

Le restaurant que j’ai préféré en 2014: Espace MC Chef. J’ai jamais mangé un aussi bon plat de pâtes de toute ma vie. Sans joke. Je ca-po-te.

La place où j’étais content de retourner en 2014: Cornerstone, la meilleure pizzéria du monde d’Ogunquit ME. J’aime bin Ogunquit — la fille du front-desk à l’hôtel nous reconnaît (Hi, Kate!). Ogunquit, c’est les vacances. Ah, pis je l’ai demandée en mariage la dernière fois. (À Ogunquit, mais pas à la pizzéria (Pas Kate, Copine. (Elle a dit oui.)))

La recette que j’ai le plus aimée en 2014: Macaroni dernier cri aux trois fromages d’ici. Et c’est pas parce que c’est les Fromages d’ici, juste parce que c’est bin bin bon. Mais pas trop souvent. Parfait pour un vendredi soir où y’a fallu déneiger l’auto, avec ça.

L’outil de productivité que j’ai préféré 2014: les listes, encore plus qu’en 2013. J’utilise maintenant Things efficacement et assidument. Pas juste pour faire des listes parce que tout le monde sait qu’il faut faire des listes: je pense vraiment maîtriser (et je pèse mon mot) la checklist efficace. Quatre ans plus tard, remerciements au CFD pour la recommandation du Checklist Manifesto.

L’affaire d’Internet avec laquelle j’ai le plus joué avec en 2014: Firebase. Pas de back-end et du real-time, deux affaires excitantes. Je trouve.

La façon dont j’ai consommé les biens matériels en 2014: j’ai pris conscience d’un (léger) problème de surconsommation (qu’on a tous). J’ai streamliné pas mal mes possessions (t’as combien d’imprimantes pis de parapluies, toi?), et ça fait du bien. Consommer moins de jetable; acheter durable et quand c’est nécessaire. Et ça facilite une chose dont je suis fier sous notre toit: une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place. (Oui, «on dirait que personne habite-là.»)

La chose que j’aurais aimé comprendre avant 2014: avoir des habitudes de vie plus saines, ça fait du bien, pis c’est pas compliqué, ni contraignant.

Attaboy, 2015.

Langage corporel, tolérance au risque, testostérone et cortisol

We decided to bring people into the lab and run a little experiment, and these people adopted, for two minutes, either high-power poses or low-power poses … They come in, they spit into a vial, we for two minutes say, « You need to do this or this. » … We want them to be feeling power, right? So two minutes they do this. We then ask them, « How powerful do you feel? » on a series of items, and then we give them an opportunity to gamble, and then we take another saliva sample. That’s it. That’s the whole experiment.

So this is what we find. Risk tolerance, which is the gambling, what we find is that when you’re in the high-power pose condition, 86 percent of you will gamble. When you’re in the low-power pose condition, only 60 percent, and that’s a pretty whopping significant difference.

Here’s what we find on testosterone. From their baseline when they come in, high-power people experience about a 20-percent increase, and low-power people experience about a 10-percent decrease. So again, two minutes, and you get these changes.

Here’s what you get on cortisol. High-power people experience about a 25-percent decrease, and the low-power people experience about a 15-percent increase.

So two minutes lead to these hormonal changes that configure your brain to basically be either assertive, confident and comfortable, or really stress-reactive, and, you know, feeling sort of shut down.

La nouvelle génération au travail: attentes et besoins.

Le Millennial Compass s’est penché sur ce qui compte pour les travailleurs de 30 ans et moins partout au monde. Essentiellement:

  • They’re ambitious and not necessarily loyal to an organization. They want to move on, up and out quickly.
  • They want managers who respect and trust them, provide coaching and mentoring and are trusting and trustworthy.
  • They need lots of support and positive feedback.
  • They look to a manager who is a friend or a peer. They seek bosses who share their knowledge and experience, and they respect experience over job titles or positions.
  • They don’t believe they need a good boss in order to be successful.
  • They admire managers with higher levels of social self-awareness, self- confidence, cultural alignment to the organization and feedback-giving compared to their own personal capabilities.
  • Work-life balance is important to them, and they believe they have a strong work ethic.
  • Millennials in BRIC (Brazil, Russia, India and China) countries see international assignments and experience as far more important than Millennials in the Western world.

Le plus important, à mes yeux: le besoin de feedback. Olivier Fleurot, CEO chez MSLGROUP, un partenaire de l’étude, rappelle que le feedback, ça se donne (et reçoit!) pas seulement à l’évaluation annuelle:

Make no mistake though – if you think you can address these important points through the traditional annual performance review or appraisal, you’re very wrong. As the rhythm of business has speeded up dramatically thanks to real-time communications – and Millennials’ horizons, and expectations, have expanded dramatically compared to previous generations – so has the notion of a single, once-a-year performance review grown outdated. Gen Y workers are a feedback-hungry group that expects regular opportunities to provide and receive feedback. Our study in fact shows that no matter where in the world a Millennial worker is employed, the willingness of their manager to deliver steady feedback on their employees’ performance is one of the key traits they consider makes an ‘ideal manager’.

Traductions pour Twenty Fourteen en français

Aujourd’hui, c’est la fois où je recommence à bloguer. Ça m’arrive de temps en temps.

J’en ai profité pour chercher et installer un nouveau thème. Et finalement, le thème par défaut de la nouvelle version de WordPress, Twenty Fourteen, est parfait.

Presque parfait: il n’est pas encore disponible en français (de France ou d’ailleurs). La solution: le traduire.

Si ça peut aider quelqu’un, je rends disponible mes fichiers de traduction (ici: le fichier PO et le fichier MO). Reste plus qu’à les déposer dans wp-content/theme/twentyfourteen/languages et hop!

Bell Fibe, 48 heures plus tard

Mise à jour importante – avril 2015: après 3 ans chez Bell et une augmentation substantielle de ma facture (plusieurs crédits promotionnels arrivaient à échéance), j’ai réévalué mes options le mois dernier. Vidéotron était plus avantageux. Le service de rétention de Bell n’avait pas la flexibilité nécessaire pour m’offrir quelque chose d’équivalent, et j’ai donc changé de fournisseur. Dans le changement, Bell a fait honneur à sa réputation en omettant d’émettre un crédit pour les deux semaines du dernier cycle de facturation où mon service était coupé: certains agents disent que je n’ai pas appelé pour annuler mon service, et donc que je n’ai pas droit au crédit, et d’autres agents confirment que j’ai appelé, mais qu’ils ne font pas de crédit au dernier cycle. Dommage, considérant la grande qualité du service (aucun problème technique durant 3 ans, sauf un disque dur de récepteur qui flanche – ça arrive!). C’est 70$, mais pour le principe, c’est fâchant. Suite de la mise à jour: comme j’avais noté la date/heure de mon appel ainsi que le numéro de l’agent qui m’a enduit en erreur, Bell m’a fait parvenir un chèque de compensation.


Depuis 2006, j’étais client de Vidéotron pour la télé et l’Internet, et de BabyTel pour le téléphone. La combinaison fonctionnait relativement bien, malgré quelques irritants:

  • Avec Internet, l’upload était lent. Vidéotron a fait des manoeuvres à chacun de mes déménagements, sans grande amélioration. Ils ont souvent blâmé le câblage coaxial trop vieux, mais ici, c’est neuf.
  • Avec la télé, la navigation dans le menu était franchement désagréable, beaucoup trop lente. Semble-t-il que Vidéotron a corrigé la situation avec le nouveau firmware de ses récepteurs, mais je ne peux pas en dire plus: mon récepteur n’était pas compatible et l’offre de Vidéotron pour la mise à niveau (200$) me semblait ridicule.
  • Avec le téléphone, la qualité de la voix laissait à désirer. Après avoir fait plusieurs tests au fil des ans avec la très aimable équipe de service à la clientèle de BabyTel, j’en suis venu à la conclusion que la qualité de ma connexion Internet était la cause. Vu mon utilisation très limitée du téléphone, la situation était loin d’être critique.

En juin, on a emménagé dans un condo neuf. C’est seulement à l’automne que j’ai remarqué que toutes nos prises de téléphone avaient été filées en Cat5e… et qu’au travers des câbles qui entrent, on a deux câbles de fibre optique. Vu la réputation de Bell, j’avais choisi de ne pas pousser plus loin mon enquête sur la fibre optique. Jusqu’à ce qu’un vendeur me présente le service: pour un prix similaire à ce que je paie avec Vidéotron, Bell m’offrait les 3 services, un guide télé hyper réactif et une connexion Internet 6,25 fois plus rapide. Il m’a aussi expliqué que chacun des câbles peut supporter jusqu’à 175 Mbps. J’étais sceptique, j’ai passé.

Poursuivre la lecture

A Better Way to Handle Publicly Tweeted Complaints

Brand managers and customer care leaders beware. Complaining about complaining has become « the new abnormal. »

Consider the most obvious, and pernicious, perverse incentive: publicly tweeted complaints get faster/better reaction than calls or emails to the corporate customer contact centers. Social media circumstances invite organizations to prioritize indiscreet tweets over less transparent call center interactions. The squeaky tweeter gets the grace. Customers aren’t stupid. Why plow through irritating IVR menus on your mobile, hold for seven minutes, have a frustrating conversation with a representative not empowered to resolve your issue, hold another four minutes for a supervisor and then vent all over again? If a well-chosen 140 characters provoke comparable results — and the personal satisfaction of public shaming — then that’s what will increasingly occur. How smart are customer-centric firms that effectively train complainers to disregard or disintermediate their contact centers?

A Better Way to Handle Publicly Tweeted Complaints, Harvard Business Review

Kindle et sécurité aérienne font mauvais ménage

Travellers have been warned that their holiday reading plans could be disrupted by airport security measures, following reports that Amazon’s Kindle e-reader can be damaged by X-ray scanners.

Multiple complaints from users that their Kindle was ruined by a baggage check prompted claims that radiation permanently affected the device’s electronic ink display.

“After my Kindle went through the X-ray scanner at Madrid airport, it no longer worked. I had been reading an e-book on the way to the airport so I knew there could be no other reason,” said Michael Hart, from London.

Amazon Kindles ‘damaged by airport scanners’, Telegraph UK, via Geeks are Sexy

Cloo: partager ses toilettes avec des inconnus

Bientôt, des gens partageront leurs toilettes avec des inconnus en échange d’une poignée de change numérique.

CLOO’ is based on one simple truth— we all have to pee. Though in urban cities finding a clean, available restroom is difficult & frustrating. That’s where CLOO’ comes in.

CLOO’ is a community of registered users who choose to share their bathrooms and make city-living easier, while earning a small profit. Using social media connections, CLOO’ shows what friends you have in common with the host, turning a stranger’s loo into a friend of a friend’s loo.

Fascinant. Moi, j’le ferais pas.