«Contactez-nous, mais pas par courriel.»

S’il y a un milieu traditionnel, c’est bien celui de la finance. On se souviendra que dans ce billet, j’ai parlé des procédés d’affaires archaïques de la Banque Nationale; une demande faite par Internet, par exemple, était imprimée, faxée puis répondue.

La semaine dernière, j’ai fait par Internet une demande de modification à mon compte à mon institution. On m’a ensuite répondu:

N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous souhaitez obtenir d’avantage d’information.

Veuillez agréer l’expression de nos sentiments les meilleurs.

xxxxxx
Téléphone : xxx-xxx-xxxx / 1-800-xxx-xxxx
Téléphone : xxx-xxx-xxxx / 1-800-xxx-xxxx
Télécopieur : xxx-xxx-xxxx / 1-866-xxx-xxxx
Courriel : [email protected]

Naïvement, je leur réponds par courriel; ils disent de les contacter, et donnent une adresse de courriel. J’avais tout faux; deux journées ouvrables plus tard, on me répond:

Nous désirons vous informer que nous avons bien reçu votre courriel.

Nous vous invitons à communiquer avec nous sans tarder afin que nous puissions y répondre.

Toujours avec l’adresse de courriel. À quoi bon offrir l’option si c’est pour nous donner une agace-réponse? Frustrant; avoir su, j’aurais appelé directement et j’aurais eu ma réponse sur-le-champ.

Une pensée sur “«Contactez-nous, mais pas par courriel.»”

  1. J’ai vécu la même chose avec Canon à l’époque où mon appareil photo a brisé… Exactement le même scénario que toi, en fait, avec en prime le fait que quand j’ai appelé, on me garantissait un service en français et que…. pffffft, ouain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *